On croit qu’on va faire un voyage mais bientôt c’est le voyage qui vous fait ou vous défait. Et c’est là le propre des longs voyages que d’en ramener tout autre chose que ce que l’on allait y chercher.
— Nicolas Bouvier

En 2002, à l’âge de 23 ans, je quitte la Suisse avec un aller simple pour Bangkok.  Je suis partie pour faire un voyage,  vivre autre chose, ailleurs. J’en suis revenue 6 ans plus tard avec un mari Ecossais et une passion grandissante pour le yoga !

C’est en s’éloignant de ses repères que l’on se rapproche le plus de soi-même, alors gentiment, on se découvre, on s’apprivoise et éventuellement on s’accepte tel que l’on est vraiment.

C’est en 2003 que j’ai participé pour la première fois à une classe de yoga sur l'île de Koh Tao dans un petit shala  à quelques mètres de la plage,  parmi les moustiques et l’humidité des tropiques. C'est l'apnée sous-marine qui m'a amenée à essayer le yoga, afin d'améliorer ma capacité de relaxation sous l'eau et découvrir la méditation, indispensable pour atteindre les profondeurs de la mer en toute sérénité.

 J’ai aimé les sensations de ce premier cours et j’ai très vite réalisé que les postures n’allaient pas être le plus difficile à intégrer mais plutôt mon mental à dompter.  Ma pratique n’était pas régulière et il y avait une certaine frustration à me rendre compte à quel point j’étais encore loin de vivre dans l’instant présent, loin de calmer mon mental, loin de pratiquer en pleine conscience. Mais au rythme  des classes et au fil des rencontres avec des professeurs de passage et venus du monde entier, ma pratique est devenue plus régulière,  plus intense et a fini par devenir indispensable à mon équilibre. J’ai découvert qu’il y avait en moi un espace que je n’avais encore jamais connu jusque-là, un espace de calme et de profonde sérénité. Depuis, les jours sans pratiquer le yoga se sont fait extrêmement rares.

A mon retour en Suisse l’envie de transmettre ce que le yoga était parvenu à transformer en moi est devenu une évidence. J’ai commencé la formation de Gérard Arnaud en 2010 et en 2013 j’ai donné mon premier cours.

Enseigner le yoga, c’est continuer à apprendre, sur moi, sur les autres, sur les possibilités infinies qui s’offrent à nous chaque jour, chaque instant, d’évoluer et de comprendre qui nous sommes vraiment.

Merci à mes enfants, à l’homme que j’aime, à mes proches, à mes élèves, à mes futurs élèves, au yoga de m’accompagner dans cette folle aventure humaine !